Prologue à l'histoire de l'aviron au Maroc:Origine de l'aviron sport moderne

Publié le par NOEL

 

 

De l'antiquité au 20éme siécle:

 

L'histoire de l'aviron puise ses racines à l'origine des temps, dès que l'homme a cherché à se déplacer sur l'eau.

Le phénomène sportif date du début de la première révolution industrielle. L'histoire de notre sport est riche d'idées, d'acteurs, d'évènements et d'expériences.

Il est important d'en conserver les traces car elles nous permettent de comprendre le présent et surtout d'envisager l'avenir.


Les origines

Dans l'antiquité


Il faut remonter très loin dans l'antiquité pour retrouver les usages de la rame.

De nombreux récits témoignent du vif intérêt que les anciens (Égyptiens, Grecs et Romains) portaient aux plaisirs de l'eau. En voici quelques exemples :

• en Égypte, sous le règne de Sésostris, douzième dynastie des pharaons, au XIXe siècle avant JC, la marine possède des bâtiments nommés «Pentecontere» montés par cinquante rameurs actionnant chacun un aviron. Les monuments de l'Égypte antique fournissent également d'innombrables scènes de navigation.


Musé du Caire                                           

 

 

 

                                                                                                                             Tombeau de mennade

 

 

 

 

 

 







• en Grèce, les récits de l'Iliade et l'Odyssée font état de nombreux bateaux utilisant voiles et

avirons                                                                                      


                                   

• du temps de César, les hommes rivalisent d'ardeur pour la conquête de trophées lors de joutes à rames auxquelles se livrent les galères des patriciens. À la même époque à Rome, les fameuses «Naumachies», véritables simulacres de combats navals, ont lieu dans des amphithéâtres aménagés où les jouteurs, choisis parmi les esclaves, s'affrontent jusqu'à la mort, sous les acclamations de la foule.

Les bateaux à l'aviron sont donc utilisés depuis des siècles mais il n'y a que très peu de mention de courses d'aviron avant le XVIIIe siècle. Une inscription funéraire datant de 1400 avant J.-C. vante les qualités de rameurs d'Aménophis II. Dans L'Énéide, Virgile mentionne la première course d'aviron, organisée par Énée pour les funérailles de son père[1]. Au XIIIe siècle, des festivals vénitiens, appelés regata comprenaient des courses d'aviron.


Plus près de nous

 

Par la suite la marine à voile fait des progrès considérables et se substitue petit à petit aux bateaux à rames. De nombreuses embarcations continuent cependant de se déplacer à la rame, comme certains navires de guerre (Drakkars normands et Dromons byzantins) et les

galères qui naviguent de façon mixte.

Dromon Byzantin

 

La navigation à la rame est également développée chez de nombreux pêcheurs (comme les Terre-Neuvas). Elle est longtemps restée le seul moyen efficace pour porter secours aux navires en détresse par mauvais temps.

Cet usage de la rame a également permis pendant longtemps aux passeurs, pêcheurs et mariniers d'exercer une activité professionnelle sur les fleuves et les rivières.

 

Passeurs

 

La découverte d'une pratique nouvelle du canotage au rowing : 1830-1870

La découverte d'une pratique nouvelle

 

Dans les années 1830-1840, la population savoure une paix bien méritée après les secousses de la Révolution et les guerres du Consulat et de l'Empire. Elle sent le besoin de pratiquer des exercices physiques, mais ceux-là sont peu nombreux à l'époque, la bicyclette n'existe pas encore!

Les premiers canots apparaissent sur la Seine vers 1823, ils viennent de Rouen et du Havre et sont construits par des charpentiers de la marine marchande.

Le canotage vient d'être découvert par quelques originaux, véritables précurseurs qui en lancent la mode. Cette pratique, considérée comme un des premiers loisirs populaires est aussi un des premiers sports athlétiques et mécaniques. Il passionne bientôt toutes les classes sociales. Des innovations techniques le rendent de plus en plus performant et, notoriété aidant, divers constructeurs s'établissent à Paris et dans les environs. C'est en 1834 qu'ont lieu, pour la première fois à Paris, des courses nautiques en canots à rames


                  


À cette époque, de nombreux artistes se passionnent pour le canotage et font beaucoup pour sa renommée. Parmi les plus célèbres on peut citer les écrivains Alphonse KARR, Théophile GAUTIER et leur ami le chroniqueur Lucien GATAYES, mais aussi Alphonse ADAM, Louis et Théodore GUDIN, Victor DELIGNY...

En quelques années, on dénombre dans la région parisienne 2000 canots, 10000 baladeurs et 30 chantiers de construction. Cette véritable mode se propage rapidement aux grandes villes : Lyon, Reims et Bordeaux.

Les peintres, surtout les impressionnistes (SISLEY, MONET, RENOIR, CAILLEBOTTE...), nous laissent un important témoignage de cette époque où le canotage devient un véritable fait de société.


Plusieurs tendances se dessinent

 

• le canotage de «balade» pratiqué par les vrais romantiques, amoureux de nature et de grand air, relativement sages,

• le canotage du «chicard et du flambeur», moins discret, prétexte à faire la fête et à se faire voir,

• le canotage «sérieux» des rameurs respectables issus de l'aristocratie et des classes libérales. Ce dernier donnera naissance au mouvement sportif de notre aviron, organisant les premières courses et fondant les premières sociétés.

Progressivement un antagonisme apparaît entre les «canotiers à canotières» et les «canotiers sérieux», passionnés de sport. La liberté de comportement des premiers fait scandale dans la haute société et nuit à la réputation des seconds qui ont besoin d'appuis pour obtenir les subventions nécessaires au financement d'embarcations de compétition toujours plus onéreuses.


Ainsi pouvait-on lire sous la plume de J. MANCHON dans «L'Aviron» de 1911 : «Et c'est pourquoi on doit professer le plus profond mépris pour ces bouffons du sport nautique qu'on appelle des canotiers. Légendaires baladins de rivières, quelques survivants de leur espèce traînent encore le long des berges leur nonchalance et leur nullité.»

 


Les courses d'aviron:

 

On connaît des changements  de matériel comme le siège sur rail, introduit seulement au XVIIIe siècle. Avant cette amélioration , les rameurs étaient sur une planche en bois et mettaient une protection en cuir sur les fesses, protection qu'ils enduisaient de graisse pour glisser. Ou alors les portants: à l'époque, les rames étaient accrochées directement sur le bateau, ce qui réduisait considérablement leur taille, et donc la force de la poussée dans l'eau. Ce n'est qu'au XVIIIe siècle, aussi, que les portants furent inventés.


L'Angleterre à l'origine des Grande compétition s d'aviron:

Les premières courses modernes d'aviron ont eu lieu dans la seconde moitié du XVIIIe siècle entre les rameurs professionnels qui opéraient en tant que taxis sur la Tamise à Londres. Des prix étaient régulièrement remis par la London Guilds and Livery Companies ou par des riches propriétaires du bord de la rivière[1].

Au cours du XIXe siècle, l'aviron est devenu un sport amateur très populaire et ces courses attiraient des centaines voire des milliers de spectateurs.

La plus ancienne course toujours existante, la Doggett's Coat and Badge, a été organisée pour la première fois en 1725 et est toujours courue entre le London Bridge et Chelsea[2].









                                                                                 Arrivée de la Dogget's Coat and Badge


Des compétitions entre professionnels se sont également développées en Angleterre au cours duXIXe siècle, particulièrement sur la Tyne.

En Amérique, les plus anciennes courses remontent à 1756 à New York[3].

Les compétitions amateurs ont débuté vers la fin du XVIIIe siècle en Angleterre.

Il existe peu de document d'époque mais le Monarch Boat Club d'Eton College et l'Isis Club de Westminster School existaient déjà en 1790.

Le Star Club et l'Arrow Club de Londres existaient également déjà avant 1800.

À l'université d'Oxford, les courses de Bumps ont été organisées pour la première fois en 1815 lorsque les clubs d'aviron de Brasenose College et Jesus College ont organisé leur première course annuelle[4] tandis qu'à l'université de Cambridge, les premières courses remontent à 1827[5].

Brasenose a remporté la première course Head of the River de l'université d'Oxford et prétend être le plus ancien club d'aviron au monde.

La course annuelle entre Cambridge et Oxford a eu lieu pour la première fois en 1829 et l'intérêt suscité par cette rivalité à permis à l'aviron universitaire de se développer[6].


Fondé en 1818, Leander Club est officiellement le plus ancien club d'aviron au monde[7]. Le second plus ancien est Der Hamburger und Germania Ruder Club, créé en 1836[8]. En France, le premier club est né en 1838 sous le nom de la Société des Régates du Havre, devenu la Société Havraise de l'Aviron en 1890[9].


Au cours du XIXe siècle, tout comme en Angleterre, des compétitions entre professionnels sont devenues très populaires aux États-Unis et ont commencé à attirer des foules impressionnantes.

Le club d'aviron de Détroit a été créé en 1839 et est le plus ancien club du pays[10].

En 1843, le premier club d'aviron universitaire a été créé à l'université Yale[10].

La course Harvard-Yale est la plus ancienne compétition universitaire aux États-Unis, courues tous les ans depuis 1852[10],[11].

E n France


En 1838, un groupe d'amateurs passionnés crée la Société des Régates du Havre : elle est la doyenne des sociétés françaises de sport nautique. Rouen en 1847, Lyon en 1855, Bergerac en 1860, Boulogne sur mer en 1861 fondent, à leur tour, une société de régates.

Il est important de noter que la «Société de Régates» a pour objet l'organisation des régates et des fêtes nautiques, ainsi que l'établissement des règlements nécessaires pour assurer la régularité des épreuves. Il n'existe pas encore de club-houses tels que nous les connaissons aujourd'hui.

Les courses à virages, qui se pratiquent en mer et en rivière, sont des spectacles populaires. Dés 1938 des canotiers se regroupent en équipages ,dont les  "Six du prince de Joinville" ,et plus tard "l'Eva","LaVéléda"....

Plus tard des prix en espèces récompensent les vainqueurs et le public participe à des paris mutuels. 1857 voit l'apparition de «jockeys d'eau», mercenaires de course, véritables professionnels sous la férule de bourgeois argentés. Les grands quotidiens relatent les duels nautiques des équipages  les plus célèbres comme «La Sorcière des Eaux» ou «Le Duc de Framboisie» qui utilisent la presse pour lancer leurs défis «à tous les rameurs de France».

À Paris, il faut attendre 1853 pour qu'apparaisse la première «Société des Régates Parisiennes» (S.R.P.:aujourd'hui le Rowing Club de Paris),Celle-ci est à l'origine de bien des progrès, et entend donner une direction unique au canotage en France. Ses buts sont d'encourager «le goût des courses nautiques» en organisant des régates, de parrainer la création de sociétés en province (30 jusqu'en 1869) et de discipliner le canotage.

Elle edictera le premier code des courses, et imposera la premiére course en ligne.

Ce code donnera naissance ,en,1853,aux Championnats de la Seine dotés du prix du président de la république française,Championnats qui sont toujours courus .Ce championnat servira de modéles aux régates en ligne du XXéme siecle.

                                                                                

Une réforme hardie est entreprise grâce à une réglementation nouvelle, notamment sur le matériel. Construit uniquement en chêne, il peut dorénavant être fabriqué en toutes espèces de bois ou matière, et ceci avec des mesures moins contraignantes. Les embarcations sont divisées en plusieurs séries (les canots à 4 ou 6 rameurs, les yoles et les skiffs). Très rapidement, et dès 1856, on n'en distingue plus que deux sortes :

• les embarcations armées de portants : outriggers,


   

outriggers

 


.yoles franches sans portants


Il y a désormais des courses à un, deux, quatre, six ou huit rameurs. On érige le principe des courses en bord à bord. C'est le début de la confection du programme indiquant après inscription et tirage au sort, l'ordre des départs et les numéros de ligne. Le Rowing Club de Paris devient l'agent de cette nouvelle orientation sportive en créant le championnat de la Seine en skiff. La première édition est remportée par Frédéric LOWE en 1853.








En 1867, les «rowingmen» obtiennent la récompense de leurs efforts : les pouvoirs publics confient à la SRP et au Rowing Club l'organisation des régates de l'Exposition universelle de Paris. Le succès de ces courses fait de Paris la capitale de l'aviron.


Le Second Empire correspond à un âge d'or car, hormis les courses hippiques, les régates sont sans concurrence, elles représentent le sport spectacle. Dès 1860, le grand mouvement en faveur de l'amateurisme prend l'ascendant sur les professionnels en gommant progressivement les dérives et tricheries liées à l'obtention des prix en espèces.


De 1870 à la guerre 14-18

 

 

Des  fédérations de sociétés d'aviron régionales sont crées dans les années 1870  .

De l'orée du siècle à la première guerre et suite à la guerre franco allemande de 1870 le désir de revanche de la nation française permet un develloppement de sports nouveaux dont bénéficient l'aviron.En 1890 la Fédération Française des Sociétés d'Aviron(F F S A) est créée ,en réunifiant les plus importantes Fédérations régionales et les Championnats de France peuvent étre organisés sous sa forme moderne.


La Belgique ,l'Italie ,la Suisse et la France fondent la Fédération Internationale des Sociétés d'Aviron (F I S A),à TURIN  le 25 Juin 1892;La F I S A est la plus ancienne fédération au sein du mouvement olympique.


En Grande bretagne ,Les régates Royales d'HENLEY considéré comme "le temple de l'aviron",sont interdites aux rameurs amateurs du continent .En effet ,la définition Anglaise de l'amateur exclue tout ouvrier ou travailleur manuel.

Face à cette ostracisme la F I S A organise les premiers Championnats d'Europe en 1893.


La F F S A  participe à la renaissance des Jeux Olympique car Pierre De COUBERTIN voit l'aviron comme l'un des sports de base de l'olympisme. Ceci est affirmé dans son livre " la cure d'aviron" :"Nul ne saurait denier au Rowing ses qualités supérieures au double point de vue mécanique et hygiénique....Le rameur pratique la gymnastique la plus complete qui puisse imaginer";Au premier Jeux Olympique d'ATHÉNES en 1896, l'aviron est obligatoirement inscrit et les régates organisées dans la rade du pyrée n'eurent pas lieu pour cause de mauvais temps.


L"Aviron durant l'entre deux guerre

La guerre de 14 boulverse la vie des nations,en 1919 ,la vie federale reprend vie et Albert GLANDAZ ,Président de la Fédération Française  impose le principe des licences puis l'élaboration définitive  des statuts fédéraux. En 1922 la F F S A regroupe 116 clubs et reçoit la "reconnaissance d'utilité publique"


C'est en 1923 qu'arrive l'aviron au Maroc
,les premiers Championnats du MAROC furent organsés en  1926.

Plus tard ,bien aprés les deux guerres ,les premiers Championnats du Monde seront organisés par la F I S A ,à LUCERNE en 1962.

Références;

  1. a  et b Richard Burnell, Geoffrey Page, The Brilliants: A History of the Leander Club, Leander Club, 1997, ISBN 0950006114
  2. Doggett's Coat and Badge [archive], Guildhall Library Manuscripts Section.
  3. Historical context of the beginnings of rowing at Penn [archive].
  4. A History of Oxford College Rowing [archive].
  5. The History of the Penn Athletic Club Rowing Association [archive].
  6. Richard Burnell, Henley Royal Regatta: A celebration of 150 years, William Heinemann, 1989, ISBN 0434981346
  7. History of Leander Club [archive].
  8. Der Hamburger und Germania Ruder Club History [archive].
  9. http://www.avironlehavre.com/ [archive]
  10. a , b  et c USRowing [archive].
  11. Harvard-Yale reggata [archive].
  12. http://www.avironfrance.asso.fr/Histoire/Historique/AntiquiteNosJours.htm [archive]
  13. http://www.rowing-club.fr/histoire_championnats_seine.html [archive]
  14. http://www.avironfrance.asso.fr/Histoire/Historique/AntiquiteNosJours.htm [archive]
  15. a  et b Virtual Library of Sports: Rowing [archive].
  16. World Rowing [archive].
  17. The Olympic Games, B.C. 776 - A.D. 1896, Athens Charles Beck editor, London H. Grevel & Cie
  18. Site espagnol [archive]
  19. Des extraits de textes et  gravures sont extraites du chapitre sur l'histoire de l'aviron du site de la Fédération Française des Sociétés d'Aviron.
 

Publié dans PROLOGUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article